Son travail s’est construit en fonction de ses affinités et de son approche de l’art. Il a développé un code graphique, qui se situe entre la peinture et l’écriture, le graff (ou plutôt le tag), l’art brut, l’écriture automatique, l’expressionnisme abstrait, la peinture gestuelle (spontanéité du geste), l’art primitif, l’art aborigène, etc…
Il recrée une sorte de rituel de peinture, de gestes d’écritures ou de peintures automatiques et spontanés, non réfléchis, strictement guidés par la gestuelle du corps qui laisse une trace sur la surface qui la reçoit. L’écriture déposée n’appartient à aucun système d’écriture connu et s’éloigne au maximum de toutes influences préalablement digéré, c’est une écriture du corps ou une peinture du geste. Le travail intellectuel intervient seulement en amont et consiste à digérer des influences tels que des images, des systèmes d’écriture (pictogrammes, idéogrammes, calligraphies, cryptogrammes etc..). Pour lui permettre de s’en éloigner, ou de les reproduire inconsciemment.  Il essaie donc de rester le plus fidèle possible à son instinct lors de l’acte de peindre, pour retranscrire au mieux un caractère primaire ou primitif.