Scratchpaper 3

60 x 60 cm

Collage et rehauts sur bois

2015

Jerk45, Ned Nedellec et Stéphane Carricondo sont les trois fondateurs du collectif 9e Concept, il y a plus de 25 ans…

Sillonnant la rue et les galeries en collectif, Jerk 45 n’en a pas moins négligé son coup de pinceau, aiguisant son style retranché derrière ses toiles. À travers un univers fantasmagorique, coloré et foisonnant, Jerk nous conduit dans les tréfonds de son imaginaire, réussissant à y conjuguer tout l’esprit caustique de ses années punk, son enthousiasme ému pour les seventies et les fêlures de l’enfance. Dans cette jungle intérieure, ses chimères – personnages mi-animaux, mi-robots qui arpentent chacune de ses œuvres – jouent les courroies de transmission de ses angoisses et obsessions, accentuant ici la haine de l’extrémisme ou la dérision d’une foi aveugle. L’œil rivé vers le passé, il s’emploie à restituer une imagerie rétro, par des collages issus de magazines dont il fait la collection ou encore à l’aide de débris d’affiches récupérées dans le métro parisien ou chinées en brocantes. Un bricolage minutieux sur des compositions existantes, soutenu par un travail d’archives impressionnant, digne d’un historien. Plus qu’un simple peintre, il façonne avec l’ancien pour mieux évoquer le présent. À s’y pencher de plus près, Jerk n’est pas loin du militant du développement durable, recyclant sur ses toiles ses clichés chinés. Il en ressort un vaste bric-à-brac artistique, une œuvre hybride à la cohérence outrageante.

L’univers de Ned est foisonnant et mouvant : les objets et instruments du quotidien côtoient un monde fantastique rempli de personnages tout droit sortis d’un imaginaire « nedelleyen ». Mélange de symboles celtiques (de par ses origines bretonnes) et de signes inspirés par l’art tribal, son trait est singulier. Dans ses derniers travaux, la couleur devient plus fondue, moins vive, elle joue de la matière et de ses rendus ; l’univers devient moins saturé. Ses recherches artistiques sur le visage humain, ses expressions et son esthétique, donnent aux oeuvres de Ned une atmosphère inédite. En croisant photographie, dessin et peinture, il crée des personnages à la frontière du réalisme et de l’abstraction. Egalement inspiré par l’art du Moyen-Age, l’artiste aspire à décortiquer ses formes et ses tracés pour construire des médaillons. Mandorles, ornements, entrelacs de flammes, d’arabesques et de frises sont à la genèse d’une nouvelle héraldique faite de blasons et d’armoiries inédites. Par sa plume, il impose une fusion de motifs, bannières, banderoles, oriflammes ou sceaux magiques, donnant ainsi une vision plus conceptuelle de son travail.

L’oeuvre de Stéphane Carricondo est tout entière un hommage à l’humain. Une quête artistique introspective, mais aussi sa manière de décrypter l’autre. A travers ses visages, striés par des lignes fermées, il  cherche à exprimer la cartographie d’un territoire intérieur.
Certaines photographies anthropologiques africaines et amérindiennes ont beaucoup nourri son travail, habité par cette quête perpétuelle de faire passer des émotions et surtout de révéler cette part d’humanité que nous partageons tous, bien au-delà de la barrière des apparences.